Retour aux actualités
Santé Prématuration

Un pancréas artificiel pour les diabétiques

Publié le 20 avril 2023|par Thierry Lucas

L’équipe SyNaBi du laboratoire TIMC mène un projet dont l’application finale est la conception d’un bioréacteur implantable capable de réguler la glycémie des patients vivant avec un diabète de type 1, en collaboration avec des médecins du CHU de Grenoble et des chercheurs du LiPhy.

En 2019, 4,5 millions de personnes souffraient de diabète en France, maladie qui affectait la même année plus de 460 millions de personnes à travers le monde. Chez les patients atteints de diabète de type 1, le taux anormal de glucose dans le sang est dû à un mauvais fonctionnement du pancréas, qui ne produit plus assez d’insuline. Le traitement du diabète de type 1 consiste alors à injecter de l’insuline. Mais dans certains cas l’insulinothérapie n’est plus assez efficace pour obtenir un bon contrôle glycémique, et il faut recourir à la transplantation de cellules saines de pancréas secrétant l’insuline.

Cette transplantation de cellules n’est pas sans inconvénient. Comme pour toutes les greffes, un traitement par des immunosuppresseurs s’impose, afin d’éviter un rejet par l’organisme, avec des risques d’effets secondaires qui peuvent être importants. Par ailleurs, la fonctionnalité du greffon sur le long terme n’est pas assurée.

C’est pour résoudre ces problèmes que l’équipe Systèmes Nanobiotechnologiques et Biomimétiques (SyNaBi) du laboratoire TIMC (recherche Translationnelle et Innovation en Médecine et Complexité, CNRS/ Université Grenoble Alpes), axée sur les dispositifs médicaux implantables, a proposé une solution innovante : un bioréacteur implantable, dans lequel des îlots pancréatiques sont répartis dans une matrice imprimée en 3D. En isolant les îlots pancréatiques par une barrière poreuse, le bioréacteur élimine les risques de rejet tout en favorisant leur oxygénation. Ce dispositif est développé en collaboration avec les professeurs Sandrine Lablanche et Pierre Yves Benhamou, deux diabétologues du CHU Grenoble Alpes, et Olivier Stephan, chimiste et enseignant-chercheur au LiPhy (CNRS/Université Grenoble Alpes), expert en micro-impression 3D.

Un projet de prématuration, financé par le CNRS, a permis de sélectionner un matériau adapté à la réception des îlots pancréatiques, biocompatible mais non biodégradable, et qui ne provoque pas de réaction inflammatoire.

Des tests in vitro ont permis de vérifier que les îlots se développaient normalement au sein du bioréacteur, et que les cellules maintenaient leur capacité à sécréter de l'insuline en présence de glucose. ’’

Abdelkader Zebda

Abdelkader Zebda

Chercheur au TIMC et porteur du projet

Les partenaires vont maintenant lancer une phase de maturation, financée par la SATT Linksium, avec une première étude préclinique sur des rats diabétiques. D’une durée de 15 mois, le projet de maturation devrait déboucher sur la création d’une start-up.

Contacts :

Abdelkader Zebda/ Chercheur au TIMC / abdelkader.zebda@univ-grenoble-alpes.fr

Boudewijn Van Der Sanden Chercheur au TIMC/  boudewijn.vandersanden@univ-grenoble-alpes.fr

La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événements... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Nos autres actualités

Voir toutes les actus

27 juin 2024

Levée de fonds

Les levées de fonds du mois de mai 2024

Chaque mois, retrouvez les levées de fonds des entreprises issues des laboratoires sous tutelle du CNRS.
Lire la suite

25 juin 2024

Environnement Intelligence artificielle Startup

TerraNeon : une intelligence artificielle pour évaluer les impacts des activités humaines sur l’environnement, l’économie et la société

Grâce à leur logiciel, les chercheurs du projet permettent aux entreprises ou aux institutions de comprendre quelles conséquences environnementales, économiques et sociales, auront leurs décisions. Un tour de force permis grâce à un ingénieux système multi-agents.
Lire la suite

25 juin 2024

Santé

Projet ProteRNA : deux laboratoires du CNRS s’unissent pour créer un vaccin en comprimé

L’ambition de la technologie brevetée est d’alléger la chaîne logistique de la vaccination par ARN messager et de proposer de nouvelles voies d'administration. Au lieu de nécessiter une congélation à très basse température, la forme sèche des comprimés est plus pratique et plus stable. Un procédé désormais développé par l’incubateur Nexbiome Therapeutics, après une période de prématuration.
Lire la suite
Fermer

Contactez-nous

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

Les brevets les plus récents