Retour aux actualités
Startup Santé

Hemarina révolutionne la transplantation d’organes

Publié le 07 décembre 2022|par Thierry Lucas

La start-up issue des recherches menées à la Station biologique de Roscoff vient d'obtenir le marquage CE pour sa technologie HEMO2life qui optimise la durée de conservation et la qualité des greffons, ouvrant ainsi la voie à une augmentation sensible du nombre de greffes réalisées chaque année.

En France, en mars 2022, plus de 26 000 patients étaient en attente d’une greffe de rein, alors que moins de 6 000 transplantations ont lieu chaque année et qu’environ 900 personnes décèdent faute de greffon disponible. Pour mieux répondre à ces demandes, il faut encourager et favoriser les dons d’organes, mais aussi résoudre un problème majeur : la courte durée de conservation de l’organe (12 heures pour un rein), privé d’apport sanguin et donc d’oxygène, entre son prélèvement et sa greffe sur un patient.

Franck Zal, lorsqu’il a démarré des recherches sur le ver arénicole, à la Station biologique de Roscoff[1], ne se doutait pas qu’elles pourraient un jour répondre à cet enjeu de santé publique. En effet, ses travaux ont mis en évidence que ce ver marin, extrêmement abondant sur les plages bretonnes, soumis aux cycles des marées, respire à marée haute grâce à une molécule d’hémoglobine 250 fois plus petite que l’hémoglobine humaine, mais capable de transporter 40 fois plus d’oxygène. Cette molécule fait office de bouteille d’oxygène à marée basse, quand le ver n’a plus accès à l’oxygène dissous dans l’eau de mer.  La découverte de ce transporteur d’oxygène d’une capacité exceptionnelle suggérait des applications médicales, et en particulier son utilisation pour accroître sensiblement la durée de préservation des greffons jusqu’à leur transplantation.

La start-up Hemarina a été créée pour développer ces transporteurs d’oxygène thérapeutique d’origine marine. Son premier produit, HEMO2life, un additif à toutes les solutions et techniques existantes de préservation d’organes, vient d’obtenir le marquage CE. Cela va ouvrir la voie à sa commercialisation auprès des centres de transplantations, dans l’Union européenne et dans les pays qui reconnaissent cette autorisation de mise sur le marché. Le nouveau dispositif médical, sans concurrent à l’heure actuelle, sera appliqué dans un premier temps aux greffons rénaux, qui représentent environ 75% des greffes réalisées chaque année. HEMO2life prolonge la durée de conservation d’un rein à plusieurs jours, et s’intègre facilement aux pratiques hospitalières actuelles, tout en apportant aux chirurgiens des greffons en excellent état physiologique.

En accroissant la durée de vie des organes prélevés, nous introduisons de la flexibilité dans la logistique et la préparation des greffes. De plus, la qualité des greffons assure de meilleures chances de réussite durable de la greffe. ’’

Franck Zal

Franck Zal

Directeur scientifique et PDG d'Hemarina

C’est ce qu’ont démontré plusieurs essais cliniques, et le suivi sur plusieurs années des patients transplantés avec la technologie HEMO2life. Des études menées notamment par les professeurs Le Meur (CHU de Brest) et Barrou (AP-HP). Cette innovation a également permis la réussite de deux transplantations de face, et HEMO2life a été impliqué dans une double greffe des avant-bras réalisée à l’institut Amrita, en Inde. Au total, une quinzaine d’années de développement ont abouti à l’obtention du marquage CE pour HEMO2life, qui est un dispositif médical de classe III.

Hemarina prévoit de lancer prochainement deux autres applications : un gel parodontal permettant d’éliminer les pathogènes anaérobies, et un pansement cicatrisant pour les plaies. Pour accélérer sa croissance, la start-up a récemment ouvert le recrutement d’une dizaine de postes (production, assurance qualité, recherche clinique, ressources humaines…), et projette de disposer de sa propre unité de production à partir de 2025.

 

Notes :

[1] CNRS/Sorbonne Université

Contact :

  • Franck Zal / PDG d’Hemarina / franck.zal@hemarina.com

La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événements... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Nos autres actualités

Voir toutes les actus

18 janvier 2023

Santé Prématuration

Viscomi : cartographier l’estomac pour mieux détecter les lésions

Le CRAN a développé un logiciel qui assemble les images vidéo d'une endoscopie pour cartographier en 2D et 3D la paroi interne d’un organe creux. Ce nouvel outil, mis au point au sein du projet Viscomi (Visualisation de scènes complexes par mosaïquage d’images), facilitera le diagnostic précoce et le suivi des lésions inflammatoires ou cancéreuses.
Lire la suite

18 janvier 2023

Startup Brevets

ChemChoc : une chimie innovante pour valoriser les cabosses de cacao

L'Institut de chimie des milieux et matériaux de Poitiers et la start-up BioseDev, en collaboration avec l'université des sciences et technologies Kwame Nkrumah au Ghana ont mis au point des procédés de production de molécules à valeur ajoutée à partir des cabosses du cacao. Une nouvelle filière de valorisation des déchets qui intéresse l'industrie des cosmétiques, l'agriculture, la chimie fine, mais aussi les producteurs de chocolat.
Lire la suite

18 janvier 2023

Digital Startup

E-Textures : toucher les objets numériques grâce à l’haptique sans contact

Le système développé à l'Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires fait ressentir la forme et la texture d'un objet virtuel en focalisant des ultrasons sur la main. Ce dispositif haptique sans contact, mis au point dans le cadre du projet E-Textures, avec les sociétés Ultraleap et Softserve, vise à créer des applications de réalité virtuelle ou augmentée dans le médical, le commerce de détail et les musées.
Lire la suite
Fermer

Contactez-nous

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

Les brevets les plus récents