Retour aux actualités
Startup

GRASP : des algorithmes aux missions en orbite

Publié le 24 mai 2023|par Martin Koppe

Avec son détecteur de pollution atmosphérique par les aérosols, la start-up GRASP a posé le premier maillon d’une future constellation de dix nanosatellites en orbite autour de la Terre. Issue de travaux menés au CNRS et à l’Université de Lille, GRASP poursuit ainsi son implantation dans l’écosystème spatial.

D’abord connue pour ses algorithmes à destination des satellites d’observation de la Terre, GRASP possède à présent sa propre mission spatiale. Cette start-up nordiste, qui collabore avec des agences spatiales telles que le CNES, l’ESA, l’EUMETSAT ou encore la NASA, a en effet déployé le premier maillon d’une constellation de dix satellites consacrés à la pollution atmosphérique par les aérosols. Cette mission, baptisée GAPMAP, repose sur des appareils appelés polarimètres multiangulaires.

Crédits : GRAP SAS - Polarimètre multiangulaire

Il existe déjà des capteurs en orbite dédiés à l’étude de la pollution, mais chaque système GAPMAP pourra collecter jusqu’à cent fois plus de mesures que ces appareils. Les systèmes à angle unique parviennent à détecter la présence d’aérosols, mais pas à les identifier précisément. ’’

Oleg Dubovik

directeur de recherche CNRS au Laboratoire d’optique atmosphérique (LOA, CNRS/Université de Lille) et cofondateur de GRASP

GAPMAP scrute ainsi la concentration et la distribution des aérosols dans l’atmosphère, notamment de poussières désertiques, de fumées d’incendies et de pollution industrielle. Le premier polarimètre multiangulaire a été installé sur un cubesat, un format de nanosatellite très prisé pour son rapport qualité-prix. Un seul lancement de fusée permet de mettre en orbite plusieurs dizaines de cubesats à la fois, ce qui réduit le coût de déploiement par satellite et rend l’accès à l’espace moins onéreux. Les plateformes sont le plus souvent partagées entre plusieurs projets afin de mutualiser les coûts.

Ici, on retrouve également un instrument d’observation des débris spatiaux, développé par l’agence spatiale autrichienne (ALR). Le cubesat en lui-même a été conçu par l’entreprise Spire, spécialiste mondiale du secteur, et a été lancé le 15 avril par la mission Transporter 7 de SpaceX. Ce premier tir sert de démonstration en orbite, une étape qui, dans le domaine spatial, marque l’avancée vers un nouveau niveau de maturité technologique (TRL). L’objectif étant d’aboutir à une constellation de dix capteurs similaires en orbite fin 2028.

« Chaque appareil prend une mesure de chaque point sur toute la planète tous les deux jours, explique Oleg Dubovik. En avoir dix permettrait d’obtenir une image toutes les deux heures et donc un suivi bien plus dynamique de la pollution. Ces données seront utilisées par des chercheurs travaillant sur la pollution et le changement climatique, ainsi que dans le cadre du programme européen d’observation de la Terre Copernicus. Elles pourraient également intéresser des collectivités territoriales, toute industrie souhaitant évaluer sa pollution, ou encore les assurances qui souhaitent établir des modèles dynamiques sur le climat. »

Ces ambitions spatiales, rendues possibles par une levée de fonds à hauteur de deux millions d’euros, marquent la réussite de la jeune pousse. Lauréate du concours Start-up Connexion en 2017, GRASP compte parmi les trois entreprises spatiales des Hauts-de-France inscrites dans le catalogue de l’industrie spatiale du CNES. « Nous sommes aussi l’une des trente-cinq entreprises françaises à arborer le label PME du CNES, souligne Oleg Dubovik. C’est la preuve que nous sommes reconnus en tant que fournisseur fiable pour des opérations aussi critiques et délicates que des missions spatiales. »

La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événements... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Nos autres actualités

Voir toutes les actus

27 mars 2024

Levée de fonds Startup

Les levées de fonds du mois de février 2024

Chaque mois, retrouvez les levées de fonds des entreprises issues des laboratoires sous tutelle du CNRS.
Lire la suite

22 mars 2024

Startup Santé

ExAdEx-Innov : Une biotechnologie novatrice pour l’étude de la graisse humaine

Conserver de la graisse humaine au plus près de son état d’origine en culture est une difficulté en soi. Grâce à sa technologie, c’est le défi que relève ExAdEx-Innov. Cette start-up niçoise exploite sa biotechnologie pour élaborer des modèles de recherche originaux sur le tissu adipeux humain, notamment pour la recherche de thérapies s'inscrivant dans la lutte contre l'obésité, qui touche actuellement 13% des adultes dans le monde selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). ExAdEx-Innov a également signé en février 2024 une licence d’exploitation avec CNRS Innovation pour renforcer sa plateforme d’études centrée sur le tissu adipeux avec des modèles de recherche complémentaires de cellules souches.
Lire la suite

22 mars 2024

Santé Prématuration

Comment la découverte de chercheurs révolutionne la microscopie de super-résolution

Grâce à une durée de vie grandement rallongée, les tampons permettant aux fluorophores de clignoter en milieu aqueux, conçus par une équipe de l’Institut NeuroMyoGène de Lyon, améliorent drastiquement l’observation des molécules. Ces découvertes sont utilisées dans différents produits commercialisés par la société Idylle, dont le CNRS est actionnaire.
Lire la suite
Fermer

Contactez-nous

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

Les brevets les plus récents