Retour aux actualités
Levée de fonds Startup Santé

DiogenX : vers une révolution du traitement du diabète de type 1

Publié le 21 septembre 2023|par Jean-Sébastien Zanchi

Avec une récente levée de fonds de plus de 27 millions d’euros, la société espère drastiquement changer le quotidien de millions de malades du diabète.

Limiter les injections à une seule hebdomadaire plutôt qu’une quotidienne, parfois même plusieurs par jour : c’est le défi que s’est lancé l’entreprise DiogenX, cofondée par Patrick Collombat, responsable d’équipe au sein de l’Institut de Biologie Valrose (CNRS / Inserm / Université Côte d’Azur) et conseiller scientifique de la société. « Nous travaillons sur le diabète de type 1 qui est une maladie auto-immune. Le corps du malade détruit les cellules bêta du pancréas, celles qui produisent de l’insuline, l’hormone qui régule le taux de glucose dans le sang » contextualise-t-il.

Pour remédier à ce dysfonctionnement, les patients doivent donc maintenir artificiellement une glycémie correcte en mesurant son taux plusieurs fois par jour et en procédant à une injection sous-cutanée d’insuline si besoin.

« La qualité de vie de ces patients est altérée à cause de ces contraintes, d’autant plus que 70 % d’entre eux ne parviennent pas à maintenir une glycémie correcte. Il y a beaucoup de fluctuation, notamment chez les enfants et les adolescents », constate Patrick Collombat. Voilà l’intérêt des recherches de DiogenX dont les travaux visent à régénérer directement les cellules bêta dans le corps des diabétiques. « Nous travaillons sur une protéine qui peut induire la prolifération des cellules bêta », se réjouit le chercheur.

 

Des laboratoires pharmaceutiques d’envergure

Après une première levée de fonds en 2020 peu de temps après la création de l’entreprise, DiogenX confirme sa preuve de concept en levant 27,5 millions d’euros lors d’un nouveau tour de table en mai 2023. De quoi récompenser les travaux effectués par l’équipe de Patrick Collombat : « Nous avons par exemple prouvé que la protéine fonctionne dans de nombreux contextes, non seulement sur des souris touchées par du diabète de type 1, mais aussi sur des cellules bêta humaines transplantées dans des souris ». Il faudra ensuite passer à l’étape des tests cliniques sur des sujets humains « dans les prochaines années », explique le cofondateur de DiogenX.

Pour y parvenir, la levée de fonds récente est essentielle, mais aussi l’identité des sociétés qui y ont participé.

Nous avons obtenu la confiance de laboratoires comme Roche, Lilly ou encore Boehringer Ingelheim et nous bénéficions ainsi de leur grande expertise dans le domaine ’’

Patrick Collombat

Co-fondateur de DiogenX

Avec plus de 500 millions de malades du diabète (tous types confondus) dans le monde[1] et plus de 9 millions de personnes touchés par un diabète de type 1[2], le potentiel du traitement est  immense et représente une opportunité de développement importante pour les laboratoires pharmaceutiques.

En attendant, le chercheur poursuit ses recherches au sein de son laboratoire implanté sur le campus de Valrose. « Nous restons humbles, mais pensons qu’une seule injection hebdomadaire du traitement à base de notre protéine suffira pour régénérer les cellules bêta », imagine Patrick Collombat.

 

[1] Selon une étude de l’Institute for Health Metrics and Evaluation de Seattle (États-Unis)

[2] Selon l’Organisation mondiale de la santé

La lettre innovation

Partenariats, création d'entreprises, brevets, licences, événements... Retrouvez tous les mois les dernières actualités de la valorisation et de l'innovation au CNRS.

Nos autres actualités

Voir toutes les actus

17 juillet 2024

Intelligence artificielle

PyannoteAI : une IA pour retranscrire parfaitement les conversations

En s’appuyant sur les compétences d’un chercheur du CNRS en matière de diarisation, la start-up est experte pour reconnaître les interlocuteurs d’une conversation et la reproduire automatiquement par écrit.
Lire la suite

17 juillet 2024

Startup Santé

ACTIV-H : la start-up qui promet de créer de nouvelles molécules jusqu’alors inaccessibles

Issue des travaux de l’Institut de chimie des milieux et matériaux de Poitiers, ACTIV-H offre aux industriels la possibilité d’accéder à de nouvelles molécules jusqu’alors inaccessibles. Un atout pour les laboratoires pharmaceutiques dans la quête de nouveaux médicaments.
Lire la suite

17 juillet 2024

Prématuration Digital

SyncLock : une technologie pour protéger la conception des puces électroniques

Trois chercheurs du laboratoire LIP6 ont mis au point un verrouillage d’accès aux circuits intégrés. Le but est d’éviter à leur concepteur que leur architecture ne soit volée ou piratée par les nombreux acteurs de la chaîne de production.
Lire la suite
Fermer

Contactez-nous

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.
Fermer

Les brevets les plus récents